AP individualisée pour mai et juin

A l’ordre du jour, 1 vote:
Pour ou contre la prolongation du disposition d’activité partielle individualisée (limité aux seuls consultants sans mission selon les critères légaux)
autrement dit:
Voulez vous que Modis continue à profilter de l’aide de l’état pour payer l’activité partielle avec 95% du salaire (la majorité pris en charge par les contribuables, % en fonction du salaire) à ses salariés ?

ou

Préférez vous que les tous les salariés en intermission soient payés à 100% comme ça se pratique dans toutes les SSII ?

C’est donc décidé. La majorité du CSE s’engage à soutenir la décision de modis. Le prétexte de la direction: on est obligé de le faire parce que la concurrence (sous entendu les autres SSII) font de même ou font des PSE ou font des APC.
L’officialisation de la décision se fera quand le PV sera voté.

On aurait pu dire non.

Le CSE aurait pu refuser le chôamge partiel sans prise en compte du complément de salaire à 100%.

La direction ne nous a pas démontré qu’elle ne pouvait pas faire cet effort.

Les 2 autres listes de candidats des organisations syndicales CFDT et CFTC, obtenant la majorité à elles 2, ont validé cette demande comme elle le fait depuis le mois d’octobre. Elles auraient pu nous accompagner pour exiger de modis le complément de salaire à 100% mais ne l’ont pas fait.

Nous n’avons pas eu la justification de cette prise de position, seulement, un « il faut arréter de débattre, j’ai pas de temps à perdre, on passe au vote ».

Quelle justification économique pour ce recours au chômage partiel ?

On attend toujours les données économiques par établissement. Nous avons eu droit à des données par « agence » (comprendre regroupement analytique de salariés sur des typologies d’activités, décorrélées des établissements). On ne peut que faire confiance à une direction qui ose encore dire qu’elle nous a donné les chiffres par établissement.

Et quand on obtient les résultats au niveau national, l’expert comptable du CSE nous montre que modis a pu engranger des bénéfices pendant le chômage de ses consultants. Les résultats en 2020 sont meilleurs qu’en 2019.

Des cadeaux aux entreprises, sans contrepartie. Voilà ce que nous propose les gestionnaires de la pseudo pénurie.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.