logo_cgt_modis

La direction entend ce qu’elle veut, et répond sans justification: une illusion de dialogue

Voilà donc la réponse que nous avons faite à la direction le 30 décembre:

Pour rappel les documents de situation ont été remis après la 2éme réunion, le 30 novembre 2022 et non à la première comme indiqué dans l’accord proposé a signature.
L’ensemble des documents demandés par la CGT avant la 1ère réunion ne nous a pas été fournis.
Les données fournies n’ont pas permis de faire un comparatif complet du fait de données manquantes pour certaines catégories, ou d’autres établies sur des dates différentes.
Lors des échanges avec la direction nous avons constaté :
• Que certains salariés restent sans augmentation depuis plusieurs années contrairement à l’engagement pris ces dernières années.
• Que des inégalités F/H et H/F persistent et demanderont des années avant d’être comblées avec les mesures prise de 0,2%.

Concernant les dispositions collectives et individuelles :
Ces dernières ne permettront pas de suivre l’inflation 2022 et 2023 avec votre proposition de 2,2% d’augmentation collective (l’imité aux salariés en dessous de 70 K€) quand le smic en 1 an aura augmenté de 10,5% avec celle prévu en début d’année 2023.
Cette disposition prise par la direction exclut les salariés qui ont moins d’un an ancienneté ainsi que les alternants et apprentis.
Quant aux augmentations individuelles de 2,36% qui reste « le fait du prince » chez modis, du fait même de l’impossibilité d’impartialité des managers qui les attribuent. Qui lorsqu’ ils augmentent les salariés, ils risquent de ne pas atteindre leurs objectifs et de ce fait de porter atteinte à leurs variables. Il y a là un incontestable problème d’objectivité.
Les autres mesures ont un impact minime pour le pouvoir d’achat des salarié-e-s modis.

La monétisation des JRTT est une possibilité donnée par l’article 5 de la loi de finances rectificative pour 2022 qui prévoit une nouvelle modalité de rachat des jours de réduction du temps du travail (RTT) par l’employeur. Ce rachat est libre de cotisations sociales pour l’entreprise.
A votre première proposition, les plus bas salaires inférieurs à 35k€ brut par an, leur augmentation était envisagée de 3%. Vous êtes ensuite revenus avec un chiffre à la baisse 2,2%, malgré notre insistance lors des négociations nous le déplorons.

Concernant la décision unilatérale de versement d’une prime de partage de la valeur de 500 € repartie en deux fois, il avait été convenu lors de la négociation que l’attribution pour les salaires inferieure de 3 fois le smic n’incluait pas le fixe, part variable, autres primes… Ce que vous avez changé puisque vous indiqué « Le plafond de rémunération, fixé par la présente décision, correspond à la rémunération brute fiscale du salarié incluant l’ensemble des éléments versés (fixe, part variable, autres primes…) » Pourquoi ?

A la CGT modis, nous en sommes convaincus, ses mesures ne nous permettront pas d’atteindre les objectifs que se fixe la direction de fidéliser, d’attirer de nouvelles compétences expérimenté a modis.
Ceci afin de développer et faire évoluer l’entreprise.

Pour toutes ces raisons la CGT modis ne signera pas cet accord.

signer ou pas, dans tous les cas le déploiement se fera comme l’an dernier

signer pour pouvoir dénoncer ? le niveau d’engagement n’est pas à la hauteur de nos attentes.

Les signataires n’ont pas eu d’autres choix : leur revendication étaient inférieures à la dernière proposition de la direction…

1 réponse

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *