références du code du travail:

ordonnance n° 2017-1386 du 22 septembre 2017

Un bureau du CSE 100% union CFDT CFTC

1- Élection d’un secrétaire de séance:

Chargé de rédiger le compte rendu de réunion, son action se limitera à une seule séance. Il est normalement chargé de tenir la réunion. Malheureusement, ce n’est pas le représentant qui a pri l’organisation des tours de paroles, mais la présidence du CSE (c’est à dire la Direction).

Avec un système de vote totalement absurde, on a les résultat d’un candidat avant de voter pour le second candidat ?

2- Élection des membres Comme nous l’avait confirmé un délégué syndical de la CFDT, une union CFDT-CFTC a été mise en place à l’élection de ce bureau.

Pas de surprise, arrivant à 7 élus CFDT + 7 élus CFTC, ils obtiennent 15 voix (et oui la direction vote aussi) pour chacun des postes de secrétaire et trésorier ‘titulaire et suppléant). Nos 8 élus CGT n’avaient aucune chance d’espérer participer au fonctionnement du bureau dans de telles perspectives, même avec un 9ème de la CGC.

Bien sûr, nous n’avons pas de certitudes sur qui a voté pour qui, les votes étant anonymes, mais restons lucides.

Et ça ne change pas du précédent CE, les militants de la CFDT et de la CFTC, syndicats d’accompagnement, seront associés à nouveau… au moins pour ce début de mandat, pour faire passer leurs idées et leur vision du dialogue social.

Soyons sûr que nous seront présent pour continuer à vous représenter et souhaitons que les informations ne se limitent pas aux membres du bureau et à leurs syndicats associés.

Reste à voir ce que cette union va proposer à l’ensemble du CSE en terme de règlement intérieur du CSE, du futur site intérieur du CSE, et d’autres dispositions du budget des œuvres sociales. Il semblerait qu’ils se positionnent sur l’attribution d’un chèque pour « activités d’agences » qui pourra bénéficier aux salariés qui le demanderont pour une activité entre salariés (une sortie, acheter une cafetière, … ). C’est sûrement pratique pour Modis de faire en sorte que ce soit le CSE qui prenne en charge la création du lien entre salariés qui ne sont pas en grand déplacement et la plupart du temps entre salarié qui travaillent en agence, alors que c’est également le rôle de l’employeur. Ce serait au désavantage de tous ceux qui ne peuvent pas participer à ce genre d’action.

Reste à voir les moyens du budget fonctionnement qui seront fournis aux élus pour exercer leur mandat, ainsi que la gestion du budget du CSSCT (ex CHSCT) qui est désormais entièrement à la charge du CSE alors que c’était le rôle de l’employeur avant les contre-réformes Macron.

3- mise en place d’un comité de suivi pour l’épidémie actuelle

Un groupe de membres du CSE, selon le souhait unilatéral de la direction, va être mis en place pour faire remonter vos questions. (2 pour la CGT, 2 pour la CFDT , 2 pour la CFTC et 1 pour la  CFE CGC ).

Ils se réuniront 2 fois par mois avec la Direction.

N’hésitez pas à les poser  et à nous transmettre vos difficultés en commentaire ci contre et on les remontera.

2 réponses
  1. Anonyme
    Anonyme dit :

    Bonjour
    CFDT- CFTC collabo mains dans la main avec les directions pour spolier les salariés Remember Code du Travail, Reforme retraite…Ce sont des traitres de la cause salariale à la solde des directions pour en tirer des avantages individuels.
    Cordialement.
    Révolté

    Répondre
    • CGT Modis
      CGT Modis dit :

      Depuis Mme Nota dans les années 80, on peut effectivement se poser des questions sur l’attitude de la direction nationale CFDT et de certains de leurs militants.
      réforme des retraites pour le moment « ajournée », loi Rebsamen, ordonnances macron sur le code du travail, loi travail, les soutiens à une politique ultralibérale définie ces organisations nationales comme des syndicalistes d’accompagnement.
      On ose espérer que les militants sincères pourront changer l’orientation de leur centrale syndicale ou changer de syndicat pour défendre l’intérêt des salariés, et pas négocier le poids des chaînes.

      Chez Modis, nous n’avons pas les preuves pour prouver qu’ils « en tirent des avantages individuels ».
      On ose espérer que ce n’est pas le cas.
      On ose espérer que les représentants n’utilise pas leur position d’élus pour en tirer des avantages personnels.

      Agir en syndicalistes pour l’intérêt des salariés qu’ils représentent est une nécessité, ou alors c’est que la démocratie dans la représentation des salariés ne veut plus rien dire.
      Nos élus et mandatés CGT ont une charte de l’élu et mandaté qui normalement les préservera des travers de quelque syndicalistes crapuleux qui pourraient exister.
      La corruption existe partout, c’est peut être la nature humaine…

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.