Merci

L’équipe de la CGT Modis vous remercie de la confiance que vous nous avez témoignée tout au long de cette année et surtout lors des dernières élections d’avril 2020. Par ce vote, vous avez montré votre confiance dans toute l’équipe de la CGT, nous ferons tout notre possible pour répondre à vos requêtes et être présents, pour vous, dans le futur.

La CGT souhaite vivement pérenniser les avantages sociaux et culturels mis en place par l’ancien CE

Le CE participait aux moments importants de vie en créditant ton compte Meyclub.

Mariage/Pacs : 50 €, Naissance/Adoption : 80 €, Départ à la retraite : 110 €,

NOËL, CADEAU pour TOUS

Le CE créditait un compte d’un montant d’environ 160 €, Conformément aux directives de l’URSSAF, somme disponible par le salarié 6 mois

TEMPS DES LOISIRS ET DE LA DÉTENTE

Sport, culture, sorties…

Le CE remboursait 30 % de la facture, avec un plafond de 50 € par collaborateur et par année civile (sur justificatifs)

ASSISTANCE JURIDIQUE

Un expert répondait, en toute confidentialité, à vos questions d’ordre juridique. Il vous informait sur vos droits

Avantages supplémentaires en fonction du budget restant :

Chèques vacances : entre 30 et 40 euros selon sa CSP (30€ pour les Cadres, 40€ pour les non cadres pour les 2500 salariés Modis

Chèques culture : 30 euros pour les 2500 salariés de Modis

Malheureusement, lorsque tous ces dons sont faits, le CE ne pouvait faire plus ….

La CGT revendique pour la lutte contre le Covid-19

Malgré la minorité de sa représentation au sein du CSE Modis, la CGT a à cœur de peser auprès de la direction afin de défendre vos intérêts dans cette situation particulière. Nous avions jugés insuffisantes les informations données sur le plan de déconfinement mais les 2 autres syndicats ont voté favorablement, bien que certains aient souligné le niveau d’informations encore faible …

  • La mise à disposition de protections individuelles et collectives vérifiées par la CSSCT pour toutes et tous les salariés encore en activité
  • La mise en activité partielle des salariés avec paiement d’une indemnité égale à 100% du salaire net du salarié jusqu’à la fin du confinement lorsque le télétravail n’est pas possible. Comme chez Smile
  • Maintien total de la rémunération des salariés qui, pour absence de protection, ont exercé ou exerceront leur droit de retrait ou de grève.
    L’interdiction, durant le confinement, de toutes sanctions, de tous licenciements et rupture de périodes d’essais quel qu’en soit le motif.
  • Covid19 : Tous les salariés contaminés dans leur travail doivent bénéficier d’une reconnaissance simple et automatique par la branche Accident du Travail Maladie Professionnelle de la sécurité sociale.
  • Passe Navigo :

Si nous ne voulons pas que les salariés continuent à payer de leur vie l’engrangement de profits, il est important que les employeurs et le gouvernement prennent les mesures adéquates pour la préservation de la santé de tous.

La CGT revendique : L’encadrement du télétravail !

Avec le confinement, le télétravail a connu un essor et une expérimentation inégalés. L’enquête menée par l’Ugict-CGT auprès de 34 000 salarié·e·s démontre le danger de la généralisation d’un télétravail en mode dégradé. Et c’est seulement au moment du déconfinement que le gouvernement décide la publication d’un ersatz de guide télétravail au rabais. Le Gouvernement voudrait installer durablement le télétravail dans une zone de non droit, il ne s’y prendrait pas autrement.

Après 2 mois de confinement, les agences Modis vont rouvrir progressivement. Bien que le télétravail reste privilégié, vous allez être invités à retourner sur votre lieu de travail. La direction promet de mettre en place les mesures de protection individuelles et collectives pour assurer la santé de tous. Cependant, si vous estimez que les moyens mis en place sont insuffisants, n’hésitez pas à contacter vos élus !

https://www.geoportail.gouv.fr/actualites/deconfinement-afficher-une-limite-de-100km

La CGT revendique : le maintien des charges sociales

Le jeudi 7 mai 2020, le premier « sinistre » a fait état du déconfinement à partir de ce 11 mai. Durant cette intervention imbuvable, le « sinistre » de l’économie M. Le Maire nous a exposé son plan d’aides aux entreprises, dont une qui a particulièrement retenu l’attention de la CGT Modis : l’exonération de « charges sociales » !?

Décidément, ce monsieur ne sait pas parler correctement notre langue, ce ne sont pas des charges sociales mais des cotisations. Mais le plus grave c’est que dans la situation cataclysmique où se trouvent nos hôpitaux, nos services publiques, notre sécurité sociale etc., cette nouvelle suppression de cotisations sociales va encore appauvrir notre système de protections sociales dans son ensemble !

Alors que cette gestion catastrophique de la crise sanitaire est directement liée aux choix budgétaires des différents gouvernements, passés et présent, et à leurs politiques sociales criminelles, voici qu’une fois de plus, suite aux pleurnicheries du patronat, ce sont les salarié.es qui vont encore payer la note.

La CGT tient à réaffirmer que : les cotisations sociales font partie de ce que l’on nomme le salaire différé qui constitue, avec votre rémunération mensuelle, votre salaire réel !

En supprimant le paiement des cotisations sociales aux entreprises, c’est donc les travailleuses et les travailleurs qui vont une nouvelle fois régler la facture de l’ingérence du « roi Macron » et de « ses sinistres ». Car le patronat, les actionnaires et les plus grosses fortunes de ce pays ne lâcheront pas un centime pour affermir notre système social. Au contraire, comme pour la crise financière de 2008, ils vont une nouvelle fois profiter de cette pandémie mondiale pour intensifier leur engraissement permanent !

Rappelons que l’accord national interprofessionnel Télétravail – ANI du 19 juillet 2005 – toujours en vigueur, prévoit dans son article 7 que :

« lorsque le télétravail s’exerce à domicile, l’employeur fournit, installe et entretient les équipements nécessaires au télétravail. Si, exceptionnellement, le télétravailleur utilise son propre équipement, l’employeur en assure l’adaptation et l’entretien. L’employeur prend en charge, dans tous les cas, les coûts directement engendrés par ce travail, en particulier ceux liés aux communications. L’employeur fournit au télétravailleur un service approprié d’appui technique. L’employeur assume la responsabilité, conformément aux dispositions en vigueur, des coûts liés à la perte ou à la détérioration des équipements et des données utilisés par le télétravailleur. En cas de panne ou de mauvais fonctionnement des équipements de travail, le télétravailleur doit en aviser immédiatement l’entreprise suivant les modalités fixées par celle-ci. Le télétravailleur prend soin des équipements qui lui sont confiés.

Ce que dit l’URSAFF sur le télétravail :

Le télétravail est une forme d’organisation et/ou de réalisation du travail. Elle utilise les technologies de l’information, dans le cadre d’un contrat ou d’une relation d’emploi, dans laquelle un travail qui aurait pu être réalisé dans les locaux de l’employeur, est effectué hors de ces locaux de façon régulière.

Lorsque le salarié en situation de télétravail, régie par le contrat de travail ou par convention ou accord collectif, engage des frais, l’allocation forfaitaire versée par l’employeur sera réputée utilisée conformément à son objet et exonérée de cotisations et contributions sociales dans la limite globale de 10 € par mois, pour un salarié effectuant une journée de télétravail par semaine. (Cette allocation forfaitaire passe à 20 € par mois pour un salarié effectuant deux jours de télétravail par semaine, 30 € par mois pour trois jours par semaine…). Donc jusqu’à 50€ par mois.

Lorsque le montant versé par l’employeur dépasse ces limites, l’exonération de charges sociales pourra être admise à condition de justifier de la réalité des dépenses professionnelles supportées par le salarié (cf tableau évaluation des frais engagés par le salarié en télétravail).

Principaux textes

Articles L1222-9 à L1222-11 code du travail

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.